Pour une éthique animale


Catégorie : Éthique du vivant

Les degrés de la conscience

Le concept de personne (Singer) et celui de « sujet-d’une-vie » de Regan sont dans un rapport de quasi-concordance. Pour ces deux auteurs, la délimitation de la sphère des patients moraux prend pour critère la possibilité de l’infliction et/ou de la privation : pour tomber sous le coup d’une éthique, il faut et il suffit d’être passible d’un [...]

Une éthique du vivant ?

A ma connaissance, l’expression d’« éthique végétale » n’existe pas. L’éthique environnementale s’intéresse aux espèces et aux écosystèmes tandis que l’éthique animale considère individuellement les animaux. Quid d’une éthique qui serait le versant végétal de l’éthique animale, i.e. qui prendrait pour objet d’étude le végétal, non comme espèce, mais comme individu ? Ou plutôt, pourquoi [...]

Le droit à la vie

Selon Frankena, « un organisme doit être plus que seulement vivant pour avoir un droit de continuer à vivre ». En ce sens, la vie se distribuerait tout au long d’une échelle, de ses plus bas degrés jusqu’à ses plus hautes manifestations. Le droit de vivre ne serait pas égal chez tous les êtres vivants, mais serait [...]