Pour une éthique animale


Mot-clé : Bergson

Une éthique animale peut-elle avoir du sens ?

Je réponds ici au commentaire de Kus publié ici. Les énoncés d’une éthique animale ne rempliraient pas les conditions sous lesquelles elles pourraient être douées de sens : 1ère condition : les énoncés d’une éthique animale ne sont pas capables de nous faire prendre conscience du mal que nous faisons aux animaux. 2ème condition : quand [...]

Les deux conditions sous lesquelles une éthique animale peut seulement être douée de sens ne sont pas remplies. Commentaires de Kus

Je retranscris ici un commentaire de Kus (visible aussi ici). Mon interrogation portait sur les conditions sous lesquelles les énoncés d’une éthique animale ont du sens. Vous m’objectez d’abord que nous n’avons pas toujours conscience de mal agir. Je ne puis qu’être en accord avec vous. C’est l’argument classique de la cruauté qui se cache [...]

A. Pignataro, « Exclusion sociale et pratiques de résistance des végétariens »

Invitée par F. Burgat et J.-F. Nordmann, Agnese Pignataro a présenté un argumentaire en faveur de l’existence d’une certaine « végéphobie » en France, l’exclusion sociale des végétariens y étant plus prégnante que dans les autres pays européens (notamment l’Italie) et générant en retour des pratiques de résistance à ce processus latent.

De la contemplation à l’action

Dans Les Deux Sources de la morale et de la religion, Bergson distingue entre deux types d’émotion : l’émotion infra-intellectuelle, et l’émotion supra-intellectuelle, distinction qui renvoie à celle du statique et du dynamique. Ainsi oppose-t-il la doctrine des stoïciens avec la morale chrétienne : les premiers se proclamèrent bien « citoyens du monde » mais [...]